Rechercher dans le site
Login

Le login est attribué automatiquement lors de l'adhésion à la FAMCO!

Dernière mise à jour:
16-12-2018

 

Chantiers en cours

 

Dans cette section, la FAMCO fait le point sur les principaux dossiers actuellement en cours, en présentant brièvement les enjeux, en rendant disponibles les documents nécessaires à leur compréhension. Bien entendu, tout n'est peut-être pas facile à comprendre vu la complexité des problématiques...

...N'hésitez donc pas à nous contacter si vous avez des questions ou commentaires!



CPEG - les soucis de 2017-2018...

En quelques mots

La CPEG est la caisse de prévoyance de l'Etat de Genève. Ellle est issue de la fusion de la CIA et de la CEH en 2012. Au moment de la fusion, les nouvelles exigences fédérales avaient à l'époque causé tout à la fois une baisse importante des prestations et une hausse des cotisations.

A l'automne 2016, suite à la baisse du taux technique, le comité a élevé d'une année l'âge-pivot. Cela équivaut à une perte de 5% sur les rentes.

Au printemps 2017, de sombres nuages planent à nouveau sur nos retraites et des menaces de coupes massives dans les prestations sont brandies. Et pourtant, la caisse est parfaitement gérée... Comment cela est-il possible ? Que vont devenir nos retraites ? Comment la CPEG peut-elle s'en sortir ?

Quelques pistes de réflexion ci-dessous...

 

Petit sommaire:

  1. Les exigences fédérales de 2010 et la fusion de 2013
  2. La baisse du taux technique et ses conséquences
  3. La nouvelle composition du comité
  4. Les risques immédiats pour nos retraites
  5. Les différents calendriers
  6. Septembre 2017 - Le projet de loi du Conseil d'Etat
  7. Octobre 2017 - La mobilisation prend forme
  8. Les négociations sans issue du printemps 2018
  9. Automne 2018: le nouveau projet du Conseil d'Etat
  10. 14 décembre 2018 - l'incroyable décision du Grand Conseil
  11. Quelques documents utiles

 

Accès à l'article réservé aux membres connectés.

Lire la suite...

Le 13 décembre, la mobilisation continue !

Dans son plan financier quadriennal, le Conseil d'Etat s'attaquait violemment à la fonction publique. Stratégiquement, alors que le Cartel annonce se mobiliser contre ces mesures, un communiqué nous apprend que deux d'entre elles seront retirées du budget par des amendements du Conseil d'Etat.

Nous pouvons nous réjouir de cette décision, motivée d'ailleurs plus par un nouveau calcul des rentrées fiscales que la volonté d'être fair-play avec ses employé-e-s, il n'en reste pas moins que:

  • La non-indexation des salaires est maintenue. Cela équivaut à une baisse de 1,3% du pouvoir d'achat ! (Sans compter les hausses de coût non comptées dans l'inflation, à commencer par les primes maladie).
  • Le Conseil d'Etat ne propose toujours pas de solutions satisfaisantes aux dossiers chauds du moment, SCORE et la CPEG. Sur ce dernier, il reste peu de temps sî l'on veut éviter les mesures de coupes claires dans nos rentes annoncées par le comité.
  • Le retrait des deux mesures annoncé par le Conseil d'Etat est fait sans garantie. Il suffit que le Grand Conseil les réintroduise pour que nous nous retrouvions le bec dans l'eau

C'est pourquoi il faut absolument nous mobiliser pour montrer notre détermination !

La prochaine manifestation aura lieu le 13 décembre, au Parc des Cropettes à 17h00

(La manif nous conduira dans le quartier des Nations où siège provisoirement le Grand Conseil)

 

 

Budget 19 et PFQ : A quelle sauce allez-vous être mangé-e ?

En septembre 2018, comme chaque année à cette période, le Conseil d'Etat a présenté son projet de budget pour l'année prochaine.

Rares sont les bonnes surprises pour la fonction publique et l'école genevoises...

Si cette année, la formation semble relativement épargnée (et encore, il s'agit de se réjouir du maintien de prestations insuffisantes, lorsqu'on aurait pu craindre leur dégradation), c'est surtout le plan financier quadriennal qui retient notre attention en s'attaquant frontalement aux revenus des employés de l'Etat, et avant tout aux plus jeunes d'entre eux par trois mesures dont les effets cumulés débouchent sur des pertes gigantesques.

Une annuité tous les deux ans ?

L'annuité n'est pas un bonus à bien plaire, mais fait explicitement partie de la grille salariale de l'Etat et a été négociée avec les partenaires sociaux. Bloquer une annuité a un effet domino sur toute la carrière, puisque notre salaire se trouve durablement amputé de cette somme. La bloquer une année sur deux débouche sur des pertes gigantesques. Le graphique ci-dessous montre le cumul des pertes, année après année, pour un jeune enseignant en classe 20. On y voit que, sur 40 ans de carrière, la perte cumulée dépasse largement les 300'000 francs !

Pertes passage bisannuité

Un engagement en classe -2

L'autre proposition détonnante du PFQ, c'est ni plus ni moins de sous-payer les nouveaux engagés. Alors que les années de formation sont déjà payées au lance-pierre, il s'agirait de baisser la rémunération des engagés en phase probatoire.

L'application de cette mesure déboucherait sur un accroissement des inégalités et des injustices inadmissibles. Ajoutée à un passage à l'annuité tous les deux ans, elle déboucherait sur une perte de 400'000 francs pour les nouveaux engagés.

 

Les plus jeunes dans la ligne de mire

La troisième proposition est peut-être la plus sournoise, car son effet est impossible à calculer. Il s'agit de ne pas indexer les salaires à l'inflation. Comme l'inflation a été nulle ces dernières années (si, si, rappelons que les primes d'assurance n'entrent pas dans le "panier de la ménagère"...), la question ne s'est pas posée.

Mais il semble qu'elle pourrait reprendre et, même à un taux de 1%, les effets cumulés de la non-indexation se chiffrent rapidement en dizaines de milliers de francs.

Comme toujours, ce sont les plus jeunes qui trinquent, mais là, d'une façon incroyablement violente. Le graphique ci-dessous met en évidence la perte cumulées des deux premières mesures (annuité tous les deux ans + engagement en classe -2) en fonction de l'annuité actuelle. On perçoit à quel point les jeunes engagés sont invités à se sacrifier dans cette affaire !

 

Les plus jeunes dans la ligne de mire

Pour résister face à ces attaques, le Cartel a organisé le 8 novembre, une assemblée du personnel. La veille, le Conseil d'Etat annonçait retirer deux des trois mesures du PFQ !

Saluant ce progrès, mais constatant que la situation est loin d'être satisfaisante (la non-indexation demeure, les autres dossiers chauds, SCORE et CPEG, sont loin d'être réglés...), elle vote une résolution et une manifestation pour le 15 novembre.


Assemblée du personnel : 8 novembre

Le budget 2019 et le plan financier quadriennal attaquent frontalement la fonction publique.

Rendez-vous le

mardi 8 novembre, à 20h00, au Palladium

pour s'informer et décider de la réaction de la fonction publique à ces attaques

Plus nous serons nombreux, plus nous serons crédibles.

Newsletter octobre 2019

Chèr-e-s Collègues,

 

La Fédération des Associations des Maîtres du Cycle d'Orientation vous remercie de prendre quelques minutes pour parcourir les informations ci-dessous. Nous nous adressons exceptionnellement à l'ensemble des maîtres.


Bureau de la FAMCO

 

La FAMCO a un nouveau bureau.

Découvrez-nous !

Vous trouverez en lien une présentation du bureau

 

Comment fonctionne la FAMCO ?

 

La FAMCO regroupe une fois par mois les délégué-e-s de chaque établissement.

Ces assemblées des délégués, organes décisionnels de l'association, favorisent les échanges et débouchent sur des prises de position.

Découvrez les délégués de votre établissement !

 

Votre école n'a pas encore de délégué-e-s et cela vous intéresse de participer, contactez-nous.



A quoi sert la FAMCO ?

 

La FAMCO s'engage pour une école de qualité pour toutes et tous !

Nos actions sont nombreuses.

Découvrez nos différentes actions.

 

Devenir membre

La FAMCO a besoin de vous et de votre engagement !

Plus nous serons nombreux, plus nous aurons de poids dans les négociations que nous menons avec la DGEO et le DIP.

Aidez-nous à construire l'école de demain !

Si vous ne l'êtes pas encore (ou plus), (re)devenez membre !




L'actualité au CO

Rentrée stable au CO, avec des statistiques officielles qui ne s'écartent pas de celles des dernières années. Cette stabilité nous inquiète cependant, car les effectifs par classe restent élevés (quelle souplesse en vue des réorientations de fin de T1?) et ne tiennent toujours pas compte, ni des stages (CLAC, CLI), ni de l'intégration d'élèves à besoins spécifiques, ceci malgré la volonté affichée d'implémenter "l'école inclusive". En outre, dans une perspective de moyen terme, aucune construction de bâtiment ne semble préparer l'arrivée d'élèves annoncés plus nombreux dès ces prochaines années.


Quelques nouveautés, tout de même, avec:

- des camps "fortement recommandés", suite à l'arrêté du TF qui empêche de les intégrer à l'école obligatoire si l'état ne prend pas en charge leur financement;

- la promesse d'une évaluation du "nCO" et l'espoir d'en atténuer certains dysfonctionnements;

- le chiffre de 900 élèves par établissement qui deviendrait le standard à l'avenir (dans quels bâtiments? dans quels baraquements?)


Une stabilité à surveiller, donc, et que nous espérons participer à modeler pour un Cycle d'Orientation qui puisse accueillir tous les adolescent au plus près des besoins de chacun. Un communiqué de presse dans le cadre la FEG a été diffusé à l'occasion de la rentrée.



 

Enjeux cantonaux

 

La FAMCO est très active au sein du Cartel Intersyndical pour que les intérêts des employé-e-s soient défendus et que l'Etat-employeur prenne ses responsabilités. Depuis plusieurs années, deux objets très importants pour nous tendent à s'enliser, faute de solution politique.


- SCORE: Il s'agit de la refonte globale du système salarial de la fonction publique. Le projet présente un nombre bien trop important d'imperfections et de zones d'ombre. Le nouveau Conseil d'Etat a relancé un cycle de négociations...


- CPEG: Notre caisse de pension n'est pas assez capitalisée en regard des normes fédérales. La réforme de 2012 n'est pas suffisante. Même si la caisse est parfaitement gérée et ses rendements excellents, de nouvelles modifications semblent nécessaires. Deux projets de loi et une initiative sont en concurrence pour régler le problème, qui devient très urgent...


De plus, le projet de budget 2019 et, surtout, le plan financier quadriennal (PFQ), montrent que le nouveau Conseil d'Etat continue à considérer la fonction publique comme une variable d'ajustement budgétaire. Il propose ni plus ni moins de:


- Supprimer l'annuité une année sur deux !


- Engager les nouveaux employé-e-s deux classes en dessous du salaire mérité pendant les années de probation.


- Ne pas indexer les salaires à l'inflation.


Sur une carrière d'enseignant, les deux premières mesures, si elles devaient se prolonger au-delà du plan quadriennal, équivalent à une perte cumulée de 400'000.- de salaire ! Plus d'infos à ce sujet sur cette page.

Une assemblée du personnel à laquelle vous êtes toutes et tous conviés aura lieu le 8 novembre prochain dans une salle à définir (20h00).

A signer: Initiative "Personne dans la marge"

La FAMCO soutient l'initiative "Personne dans la marge".

En effet, un nombre trop important de jeunes ne parviennent pas à terminer leur certification pour des raisons étrangères à leurs compétences (difficulté d'intégration, mécompréhension du système scolaire, famille ne maîtrisant pas la langue...).

L'initiative instaure un droit au mentorat. Ainsi, tout jeune jusqu'à 25 ans qui en fait la demande serait suivi par un mentor, bénévole formé à cette tâche, qui l'assistera dans différents domaines (soutien scolaire, orientation, accès aux prestations publiques, ouverture au monde...).

Ce modèle a été testé avec succès à une échelle modeste et il s'agit là de le généraliser au canton. Son coût est faible puisqu'il faut compter environ 1800.- par jeune et par année.

Vous trouverez un argumentaire plus complet sous ce lien.

Les formulaires de signatures peuvent être ramenés à la FAMCO par l'intermédiaire de vos délégués. ou renvoyés directement à l'adresse indiquée.