Rechercher dans le site
Login

Le login est attribué automatiquement lors de l'adhésion à la FAMCO!

Dernière mise à jour:
30-09-2019

 

Chantiers en cours

 

Dans cette section, la FAMCO fait le point sur les principaux dossiers actuellement en cours, en présentant brièvement les enjeux, en rendant disponibles les documents nécessaires à leur compréhension. Bien entendu, tout n'est peut-être pas facile à comprendre vu la complexité des problématiques...

...N'hésitez donc pas à nous contacter si vous avez des questions ou commentaires!



La directive "exemplarité"

1. La directive

A la rentrée 2019, une nouvelle directive, censée protéger les élèves, est entrée en vigueur. Jusque là, rien à redire...

Mais comme toujours, le diable se cache dans les détails et, malgré les nombreuses demandes des associations professionnelles dans le courant du printemps, les aspects les plus scandaleux de cette directive ont été maintenus...

- Un devoir d'exemplarité qui déborde sur notre vie extra-scolaire.

Le point 3.2 précise explicitement que les enseignant.e.s se doivent d'être exemplaires, y compris lorsqu'ils ne travaillent pas. Ce devoir s'étend donc aux vacances, à la circulation routière ou aux fêtes de quartier. C'est évidemment une intrusion inacceptable dans notre vie extra-professionnelle et, évidemment, une incitation à la délation.

- Un devoir d'exemplarité non défini qui laisse la porte ouverte à l'arbitraire.

La seule définition du devoir d'exemplarité est la suivante: " le fait d'adopter pour le personnel enseignant en tout temps un comportement auquel les élèves puissent s'identifier." C'est évidemment complètement flou et permet à la hiérarchie de sanctionner en fonction de principes et de limites arbitraires qui ne seront énoncées qu'a posteriori... Autrement dit, si vous ne saurez ce que c'est d'être exemplaire que lorsqu'on vous reprochera de ne pas l'avoir été... ce qui est clairement en contradiction avec les principes fondamentaux de l'État de droit.

boire un bière ? brûler un feu ? héberger un clandestin ? embrasser son conjoint du même sexe ? militer pour plus ou moins de justice sociale ? prendre l'avion pour aller en vacances ? tourner un clip ?

Voilà autant d'activités qui peuvent, pour certain.e.s de nos élèves ou de leurs parents paraître peu exemplaires et qui, pourtant, font que le corps enseignant est riche de sa diversité.

2. La réaction de la FAMCO et de ses partenaires de la FEG

Au cours des travaux préparatoires, au printemps 2019, les associations ont demandé sans succès que les passages incitant à l'arbitraire soient retirés de la directive. Las, lorsqu'elle est entrée en vigueur en août 2019, elles n'avait pas été modifiées.

Nous avons donc été contraints de publier notre mécontentement, par voie de communiqué et au cours d'une conférence de presse.

Face aux médias, le DIP a rapidement rétropédalé en affirmant que la directive pouvait être améliorée et que des séances paritaires pouvaient être organisées pour le faire. La FAMCO se réjouit donc de pouvoir présenter à nouveau nos demandes et de pouvoir peut-être, dans quelques semaines, déplacer cette histoire dans le dossier "nos dernières victoires " !


Soutenons l'Ecole de Parents !

Vous vous en souvenez, l'action déterminée des collègues enseignant à l'Ecole de Parents, soutenue par la FAMCO, avait réussi à éviter sa fermeture au cours du printemps 2019.

Cette année, il est capital que cette institution, qui permet à des centaines de parents allophones de suivre des cours gratuits (ou presque) dans les écoles publiques, serve à un maximum de parents.

Nos collègues comptent sur nous pour diffuser l'information que le DIP ne transmet qu'au compte-gouttes !

Merci à toutes et tous, en particulier à celles et ceux qui enseignent en classe d'accueil, d'informer les parents allophones de l'existence de cette école et de les inciter à profiter de l'excellence de l'enseignement qui y est prodigué !

Documents importants:

NOUVEAU: Assurance de protection juridique incluse dans la cotisation FAMCO

À partir de la rentrée 2019, tout membre de la FAMCO bénéficiera d’une assurance de protection juridique. Élaborée sur mesure pour répondre aux besoins des enseignants, en partenariat avec la CAP et avec nos collègues de la SPG qui en bénéficient déjà depuis des années, cette assurance couvrira un large éventail de sinistres pouvant se produire dans le cadre de notre activité professionnelle, soit :

  • les litiges de droit du travail et de droit disciplinaire avec l'employeur ;

  • les litiges avec les assurances liées à l’activité professionnelle (CPEG, AVS, assurance accident…) ;

  • les procédures pénales et administratives pour cause de délits par négligence, en cas de légitime défense ou d’état de nécessité ;

  • les prétentions en dommages et intérêts, la plainte pénale et la procédure résultant de la loi sur l'aide aux victimes d'infractions (LAVI) ;

  • les plaintes pénales contre des tiers en cas d’atteinte à l’honneur, injure ou voies de fait.

Pour bénéficier de cette assurance, il suffira de régler votre cotisation FAMCO pour l’année 2019-2020. Mais attention : comme avec toute assurance, vous devrez avoir souscrit avant la survenue du sinistre... N’attendez pas qu’il soit trop tard !

CPEG - Exigeons le retour de l'âge-pivot à 64 ans pour les femmes !

Face à la baisse de rendements, et dans l'impossibilité légale de toucher aux cotisations, la CPEG a décidé, en 2017 d'augmenter l'âge-pivot de 64 à 65 ans, ce qui équivalait de facto à une baisse de 5% des rentes pour les assuré-e-s.

Cependant, en septembre 2018, le peuple suisse a largement refusé le projet PV2020 et a donc décidé le maintien de l'âge de 64 ans pour le départ à la retraite des femmes.

De ce fait, pour avoir droit à une rente pleine, les femmes employé-e-s par l'Etat doivent travailler au-delà de l'âge de l'AVS.

Rappelons que les femmes subissent un nombre important de discriminations dans le monde du travail et des assurances sociales.

Le Cartel Intersyndical a donc décidé de lancer une pétition exigeant le retour à 64 ans de l'âge-pivot pour les assuré-e-s de la CPEG.

 

SIGNEZ-LA et RETOURNEZ-LA

pour le 14 juin, journée de grève féministe et des femmes* !


Réorganisation des vacances scolaires

En deux mots

Réfléchir à une meilleure répartition des vacances scolaires durant l'année, tel est l'un des objectifs du DIP depuis de nombreuses années. Il est possible que ce dossier commence à effectivement bouger dans les prochaines années. Mais tranquillement et pas autant qu'il serait peut-être bien pour les élèves....

 

Petit sommaire:

  1. Le projet de réorganisation de Charles Beer
  2. Le calendrier de travail prévu par Charles Beer
  3. La position d'Anne Emery-Torracinta
  4. L'enquête du SRED (janvier 2017)
  5. Le groupe de réflexion initié par la FAPEO (dès mars 2017)
  6. Le groupe de travail lancé par le DIP (dès juin 2017)
  7. Où en sommes-nous?
  8. Quelques documents utiles

 

Accès à l'article réservé aux membres connectés.

Lire la suite...

La saga des TAF

Le 19 mars 2019, des rumeurs nous apprenaient l'annulation des tests d'aptitudes fondamentales de français, passés par tous les élèves de 11e du CO, mais également l'ACESII (accueil de l'ESII) et des CFPP (classes pré-professionnelles), qui devaient être passés le jour même.

Après vérification, nous avons appris que, du fait de la sensibilité du sujet - les migrants non-accompagnés - ces tests n'avaient été annulés que dans les classes de l'ESII mais pas du cycle d'orientation. La FAMCO est alors intervenue dans la presse à ce propos.

Loin de régler le problème, cette décision prise dans l'urgence allait en générer d'autres:

  • De fait, les tests passés par les élèves du CO et de l'ESII étaient différents et donc les bases permettant leur admission en apprentissage plein-temps (car c'est l'utilité principale de ces tests) sont inéquitables. Ce d'autant plus que certaines classes de l'ESII avaient utilisé le test qu'on leur a fait passer comme exercice de révision.
  • Le contenu thématique du test est effectivement très sensible, en particulier l'exercice d'argumentation qui invite l'élève à écrire à ses parents qui lui proposent d'inviter un migrant à la table familiale trois fois par semaine.
  • Constatant cela, l'assemblée de RD de français a demandé, le 21 mars, l'annulation de ce TAF.

Prise de position de la FAMCO

Lors de son assemblée de délégués du 25 mars, la FAMCO a décidé de:

  • Demander que la DGEO respecte la demande des RD des français en repoussant le délai de reddition des résultats, puis en annulant l'épreuve.
  • Collecter un maximum d'exemples d'épreuves problématiques - qu'il s'agissent d'élèves issus de la migration déboussolés par l'exercice ou de texte multipliant les stéréotypes xénophobes ou racistes.

Au cours de la semaine du 25 au 29 mars, la FAMCO a multiplié les contacts avec la DGEO et des enseignant-e-s de français et collecté plus d'une vingtaine d'exemples d'épreuves problématiques.

  • Dans un premier temps, la DGEO a accédé à la demande de report de la reddition, en repoussant d'un jour le retour des résultat des élèves "prioritaires" et plus largement celui des autres élèves.
  • Le 29 mars dans l'après-midi, elle apprenait à la FAMCO que le DIP avait décidé de maintenir l'épreuve, par respect de tous les élèves qui l'ont effectuée sans problème et pour pouvoir disposer de statistiques sans faille pour les années à venir. Elle demande aux enseignants de relever les clichés stigmatisants dans les épreuves par un commentaire, tout en attribuant les points de technique.
  • Elle demande également de faire preuve de "bienveillance" envers les élèves troublé-e-s par le thème, sans préciser la forme de la bienveillance ni les indices permettant d'identifier les élèves particulièrement ému-e-s...

 

Suite à la décision du DIP et de la DGEO

Cette décision est insatisfaisante pour plusieurs motifs (consignes peu claires et inapplicables, non-considération de l'inégalité de traitement), que le bureau de la FAMCO et les RD de français ont largement débattus lors de leurs séances des 1er et 2 avril 2019.

Les RD de français rédigent donc une pétition que la FAMCO et l'AMAC (association des maîtres de classes d'accueil de l'ESII) soutiennent.

Le 19 avril, la FAMCO diffuse un communiqué de presse commun avec l'UNION demandant à nouveau l'annulation du TAF.

En quelques jours, les signatures s'accumulent et, à l'issue des vacances de Pâques, le 8 mai 2019, les maîtres de français, la FAMCO et l'UNION, remettent 375 signatures à Anne Emery-Torracinta et accompagne ce dépôt d'un communiqué de presse.