Rechercher dans le site
Login

Le login est attribué automatiquement lors de l'adhésion à la FAMCO!

Dernière mise à jour:
16-12-2018

 

Chantiers en cours

 

Dans cette section, la FAMCO fait le point sur les principaux dossiers actuellement en cours, en présentant brièvement les enjeux, en rendant disponibles les documents nécessaires à leur compréhension. Bien entendu, tout n'est peut-être pas facile à comprendre vu la complexité des problématiques...

...N'hésitez donc pas à nous contacter si vous avez des questions ou commentaires!



Budget 19 et PFQ : A quelle sauce allez-vous être mangé-e ?

En septembre 2018, comme chaque année à cette période, le Conseil d'Etat a présenté son projet de budget pour l'année prochaine.

Rares sont les bonnes surprises pour la fonction publique et l'école genevoises...

Si cette année, la formation semble relativement épargnée (et encore, il s'agit de se réjouir du maintien de prestations insuffisantes, lorsqu'on aurait pu craindre leur dégradation), c'est surtout le plan financier quadriennal qui retient notre attention en s'attaquant frontalement aux revenus des employés de l'Etat, et avant tout aux plus jeunes d'entre eux par trois mesures dont les effets cumulés débouchent sur des pertes gigantesques.

Une annuité tous les deux ans ?

L'annuité n'est pas un bonus à bien plaire, mais fait explicitement partie de la grille salariale de l'Etat et a été négociée avec les partenaires sociaux. Bloquer une annuité a un effet domino sur toute la carrière, puisque notre salaire se trouve durablement amputé de cette somme. La bloquer une année sur deux débouche sur des pertes gigantesques. Le graphique ci-dessous montre le cumul des pertes, année après année, pour un jeune enseignant en classe 20. On y voit que, sur 40 ans de carrière, la perte cumulée dépasse largement les 300'000 francs !

Pertes passage bisannuité

Un engagement en classe -2

L'autre proposition détonnante du PFQ, c'est ni plus ni moins de sous-payer les nouveaux engagés. Alors que les années de formation sont déjà payées au lance-pierre, il s'agirait de baisser la rémunération des engagés en phase probatoire.

L'application de cette mesure déboucherait sur un accroissement des inégalités et des injustices inadmissibles. Ajoutée à un passage à l'annuité tous les deux ans, elle déboucherait sur une perte de 400'000 francs pour les nouveaux engagés.

 

Les plus jeunes dans la ligne de mire

La troisième proposition est peut-être la plus sournoise, car son effet est impossible à calculer. Il s'agit de ne pas indexer les salaires à l'inflation. Comme l'inflation a été nulle ces dernières années (si, si, rappelons que les primes d'assurance n'entrent pas dans le "panier de la ménagère"...), la question ne s'est pas posée.

Mais il semble qu'elle pourrait reprendre et, même à un taux de 1%, les effets cumulés de la non-indexation se chiffrent rapidement en dizaines de milliers de francs.

Comme toujours, ce sont les plus jeunes qui trinquent, mais là, d'une façon incroyablement violente. Le graphique ci-dessous met en évidence la perte cumulées des deux premières mesures (annuité tous les deux ans + engagement en classe -2) en fonction de l'annuité actuelle. On perçoit à quel point les jeunes engagés sont invités à se sacrifier dans cette affaire !

 

Les plus jeunes dans la ligne de mire

Pour résister face à ces attaques, le Cartel a organisé le 8 novembre, une assemblée du personnel. La veille, le Conseil d'Etat annonçait retirer deux des trois mesures du PFQ !

Saluant ce progrès, mais constatant que la situation est loin d'être satisfaisante (la non-indexation demeure, les autres dossiers chauds, SCORE et CPEG, sont loin d'être réglés...), elle vote une résolution et une manifestation pour le 15 novembre.